Beehave

Cybercriminalité: dossier Hushpuppi

Cybercriminalité: dossier Hushpuppi

Cybersécurité
Auteur : Nathan L.

Auteur : Nathan L.

Comment Hushpuppi, un Nigérien désargenté a réussi a détourné des millions d’euros à travers une brèche de sécurité.

Qui est Hushpuppi ?

Hushpuppi de son vrai nom Ramon Abbas naît le 11 octobre 1982 à Lagos, au Nigéria, dans une famille très pauvre, commence sa carrière de cybercriminel en rédigeant et envoyant des emails frauduleux avec pour but d’escroquer de l’argent.

Du début des années 2000 à 2012, le « broutage » était extrêmement courant en Afrique. A cette époque, quelques cybercafés, notamment à Abidjan, en Côte d’Ivoire, hébergeaient des internautes qui, par courriel, dévalisaient des victimes à des milliers de kilomètres. Au Nigeria, ces petits escrocs étaient connus sous le nom de « Yahoo Boys ». Ramon Abbas en faisait partie.

Depuis, Ramon Abbas est devenu un influenceur Instagram avec plus de 2,7 millions d’abonnés est considéré par le FBI comme l’un des fraudeurs les plus actifs au monde et risque une peine de prison allant jusqu’à 20 ans aux États-Unis après avoir plaidé coupable de blanchiment d’argent.

De l’Afrique à Dubaï

La vie d’Abbas semble être totalement liée à l’évolution du cybercrime. Après avoir escroqué des personnes via mails, Abbas s’était lancé, comme d’autres Yahoo Boys, dans le vol d’identité et dans les « arnaques à l’amour ». En 2014, Abbas a déposé ses valises à Kuala Lumpur, en Malaisie, avant de se joindre à Dubaï trois ans plus tard. Puis Ramon Abbas est entré dans la fraude de courrier électronique.

Les fraudeurs ont bâti une bonne partie de leur fortune avec des escroqueries de compromission de courriels d’affaires. 

Leurs techniques d’approche? Se faufiler dans un compte de courriel professionnel d’une victime potentielle et espionner les communications pendant des mois pour en apprendre davantage sur son réseau et d’autres détails. Le but est de finir par se faire passer pour un bénéficiaire, puis d’obtenir d’importantes sommes d’argent. C’est alors que sans aucune connaissance informatique il a réussi à détourner plus de 24 millions d’euros à de grosses sociétés.

Des millions d’euros détournés à une arrestation musclée à Dubaï.

Alors qu’il s’affiche désormais de plus en plus sur les réseaux sociaux comme sur Instagram, mais l’influenceur précisant ne pas avoir Facebook ni Tinder, il est accusé de plusieurs opérations frauduleuses. Comme en 2019, une cyberattaque contre une banque de Malte. Près de 15 millions de dollars avaient alors été détournés.

A Dubaï, Abbas aurait arnaqué 25 personnes, en majeure partie des Britanniques. Certains ont perdu jusqu’à un demi-million de livres sterling. Il a également arnaqué un riche Qatari, grâce à des intermédiaires au Kenya, au Nigéria ou encore aux États-Unis. Il aurait aussi tenté d’extorquer une centaine de millions de dollars à un club de football de la Premier League anglaise. Hushpuppi  a finalement plaidé coupable devant un tribunal californien pour blanchiment d’argent et autres systèmes d’extorsion via courrier électronique qui ont coûté à ses victimes près de 24 millions de dollars.

Mais alors comment se protéger contre des escroqueries comme celle de Hushpuppi ? 

Face à la problématique croissante d’insécurité numérique et aux arnaques digitales de plus en plus nombreuses, Beehave crée Beesafe, un coffre-fort numérique pour protéger vos données. Cette solution de sécurité multicouche vous permet de stocker et d’échanger des documents avec vos clients et partenaires.

BEESAFE vous protégera, entre autres, contre le risque de falsification de documents, tel que les RIB (découvrez Beesafe Protection RIB), lors d’échanges par email. Il intervient sur 4 composantes afin de garantir la sécurité de vos échanges et de justifier l’exactitude des documents communiqués

  1. Authentification du client
  2. Authentification de la pièce
  3. Intégrité de la transaction
  4. Sécurisation de la pièce

 

Pour en savoir davantage sur nos solutions, demandez une démonstration rapide et gratuite